lundi 14 mai 2012

L’expérience de la grande dégustation du Wine Spectator à Las Vegas


Le Wine Spectator est un magazine prestigieux dans le monde du vin autant que le Billboard peut l’être pour le domaine musical.  Je suis un adepte de cette bible du vin depuis de nombreuses années. Lorsque j’ai vu l’annonce d’une tournée de dégustation présentée par le Wine Spectator dans trois villes américaines, j’ai tout de suite décidé que j’allais être présent à l’une d’elles.

Voulant fuir un peu l’interminable printemps de l’est du continent, j’ai décidé d’éliminer New York et Washington et d’opter pour la chaleur du Nevada en assistant à la session de Las Vegas, ville située dans le désert de Mohave. Le samedi 5 mai dernier, moi et ma conjointe Barbara, nous nous sommes dirigés vers  le majestueux hôtel The Mirage alors que près de 200 producteurs étaient représentés à cette dégustation.  Avec ses 3044 chambres le Mirage est au 17e rang des plus grands hôtels au monde.  D’ailleurs sur les 27 plus grands hôtel du monde près d’une vingtaine sont à Las Vegas.

C’est pourquoi Vegas est la seule ville de la tournée du Wine Spectator ou il est possible d’avoir accès à tous les exposants dans la même salle.   C’est donc un élément intéressant pour éviter la perte de temps à se promener d’une salle à une autre et profiter pleinement de la dégustation.  Au préalable,  j’avais identifié près de 70 kiosques que je voulais absolument visiter pour goûter aux vins. Nous avons d’ailleurs amorcé notre dégustation en suivant ce plan de match en débutant par le Champagne.  Plusieurs maisons de renom étaient présentes et nous avons donc savouré l’effervescence des bulles en faisant abstraction rapidement de la fatigue et du décalage horaire de la veille à notre arrivée dans la « ville du péché ».   Ayala, Henriot, Ruinart, Mumm, Roederer, Moet & Chandon et Krug ont eu l’occasion de visiter nos verres et notre palais.  Cracher mon vin si tôt en soirée était quasiment un péché en tant que tel.

Les vins présentés à cette 11e édition de la tournée Grand Tour du Wine Spectator sont des vins ayant obtenu plus de 90 points et dont plusieurs ont déjà fait le Top 100 annuel du prestigieux magazine.   Pour ma part, je me suis ensuite concentré sur quelques régions spécifiques dont Bordeaux en France et celles de la Toscane et du Piémont en Italie.   J’ai également visité quelques kiosques de vins du Canada avec Mission Hill, Inniskillin et Cave Spring cellar.    L’Oculus 2008 de Mission Hill, bien qu’encore jeune, n’aura pas manqué de faire bonne impression.  Même après avoir dégusté quelques vins d’envergure comme le Château Palmer 2002, le Château Brane-Cantenac Margaux 2009 et le superbe Château Haut-Bailly Grand Cru classé 2004, le vin de l’Okanagan était à la hauteur.  

Presque aucune attente aux kiosques, à l’exception du Château Margaux qui attirait son lot d’assoiffés en quête d’une once ou deux du millésime 1999.  Pour avoir déjà eu la chance de déguster du 1989 et du 1997,  j’ai décidé de continuer ma route vers d’autres très bons vins comme le Château Lynch-Bages de Pauillac et son millésime 2006.  J’ai aussi profité de l’occasion pour savourer l’excellent millésime 2005 de la région de Margaux avec le Château Giscours.  Un brin de jasette avec Alexander Van Beek, directeur général du domaine,  m’a donné le goût de passer par ce château lors de mon prochain périple en France.  Autres belles rencontres dans ma dégustation des vins de France fût avec Jean-Michel Comme, winemaker du Château Pontet-Canet.   Nous avons pu découvrir le 2009 qui est sans l’ombre d’un doute de l’étoffe des meilleurs millésimes de ce terroir remarquable de Pauillac.  Nous avons aussi pu constater cela en savourant également un vin du Pessac Léognan de la même année, soit le tout aussi charmeur Château Smith Haut Lafitte.

Pour les vins de l’Italie, mes attentes étaient tout aussi rehaussées avec la présence de certains grands vins de Barolo et de Brunello.  Ma joie fût telle lorsque j’ai aperçu le Casanova di Neri avec son millésime 2007, car je n’avais pas été en mesure de trouver ce vin depuis que le 2001 avait décroché la palme du vin de l’année au Top 100 du Wine Spectator en 2006 avec 97 points.   J’ai  également été séduit par le Barolo 2007 de Pio Cesare, dont le millésime 2003 a obtenu la note de 5 tire-bouchons sur 5 dans mon guide Griffin 2012.   J’ai aussi apprécié le Da Vinci Brunello di Montalcino 2006 et le Luce della Vite Toscana 1999.    Toutefois mon coup de cœur italien de la soirée revient au superbe Tenuta dell’Ornellaia 2009.  Quel beau Bolgheri Superiore qui a surpassé mes attentes, surtout après avoir à peine savouré avec satisfaction un Guado al Tasso 2008 d’Antinori, qui n’était pas à dédaigner.

Parmi les autres découvertes de la soirée, j’ai eu la chance de goûter à un vin rosé de haut niveau soit le Garrus 2009 du Château D’Esclans, un rosé vieillit en fût de chêne, dont le propriétaire est Sacha Lichine, fils d’Alexi Lichine.  Pour son style et son prix qui dépasse les 80 dollars, disons que ce Côtes de Provence rosé ne passait pas inaperçu.  J’ai également goûté un peu de vins américains, chiliens, australiens et espagnols. L’Almaviva Puente Alto 2009, issu du partenariat entre le Baron Philippe de Rothschild et Concha Y Toro, de même que le Montes Alpha M Santa Cruz 2007 m’ont grandement impressionnés.  Cependant j’étais aussi ravi de goûter le Clos Apalta 2008 de Lapostolle car ce vin de Colchagua Valley est le seul chilien a avoir atteint le Top 100 du Wine Spectator avec son millésime 2005.  

Enfin, pour faire honneur au pays hôte, j’ai gouté le Sterling SVR reserve 2008, le Caymus cabernet sauvignon Special selection 2009 et le délectable Oroppas St. Clement 2008, tous trois de Napa Valley.   Voilà donc une soirée mémorable que mes papilles gustatives ne vont pas oublier de sitôt.  Mon seul regret, c’est que je vais devoir attendre encore toute une année avant la prochaine tournée du Wine Spectator.  C’est comme quoi on se gâte vite à boire de bonnes choses…

Aucun commentaire: