jeudi 12 janvier 2012

Cinq résolutions 2012 pour l’amateur de vin

La nouvelle année est bel et bien amorcée et j’ai profité des derniers jours de 2011 et des premiers de cette nouvelle année pour me recharger les batteries. Ce qui explique le fait que j’ai été pour le moins silencieux sur le blogue le Tire-bouchon durant cette période.
Une nouvelle année est le moment propice d’adopter des résolutions pour améliorer un aspect de notre vie qui nous satisfait un peu moins ou encore pour modifier un comportement. Dans mon travail de conseiller en vin comme celui du sommelier, il est pertinent également de faire une petite introspection et revoir les façons de faire. Pour ma part, j’ai opté pour une seule résolution concernant le monde du vin et c’est celle de prendre encore plus mon temps pour déguster soit d’observer, de sentir et d’analyser ce qu’il y a dans mon verre avec encore plus de rigueur.
Quelles sont vos résolutions quant à la consommation de vin? Permettez-moi de vous suggérer quelques pistes d’amélioration comme consommateur de vin; voici cinq résolutions, libre à vous de choisir l’une d’elles ou l’ensemble si vous vous sentez d’attaque.
1.       Prenez des notes sur ce que vous consommez.
Bien souvent, les gens boivent du vin sans noter le nom du vin qu’ils consomment.  Il est difficile à ce moment-là de faire des comparaisons sur vos préférences.   Par surcroît, vous aurez tendance à rester dans vos zones de confort en consommant les mêmes vins semaine après semaine. De plus, il est aussi agréable de noter les harmonies avec vos mets préférés et ainsi votre propre répertoire des accords mets et vins.
2.       Ne vous laissez pas rattraper par le syndrome des vins de 90 points et plus.
Beaucoup de consommateurs, un peu plus avertis, se laissent séduire par l’achat de vins ayant obtenu une appréciation de plus de 90 points par les analyses de la presse spécialisée comme Robert Parker ou Wine Spectator. Trop souvent, plusieurs personnes lèvent le nez sur des vins qui récoltent des notes de 88 ou 89 points. La marge est mince entre un vin de 88 points et 90 points. Faites votre propre jugement, et amusez-vous sans prendre ces pointages au pied de la lettre.
3.       Utilisez les bons outils pour déguster vos vins.
Pour profiter pleinement des plaisirs du vin, il est primordial d’avoir de bons verres à vin. Il n’est pas nécessaire d’y aller avec les produits haut de gamme des dégustateurs. Il suffit de se doter d’un ensemble de bons verres pour le vin rouge et le blanc qui est accessible dans plusieurs boutiques spécialisées. La gamme des produits des compagnies Riedel, Spiegelau et Eisch sont les plus populaires. Un bon tire-bouchon est également nécessaire. Évitez les gadgets de tout genre, allez-y avec l’outil par excellence du sommelier avec un type limonadier, soit un modèle de tire-bouchon intégrant un décapsuleur. La marque Laguiole est parmi les plus reconnues. Enfin, l’achat d’une bonne carafe permettra une meilleure oxygénation de certains vins.
4.       Essayez de découvrir la diversité du monde des vins
Le monde vinicole n’est plus réservé aux vins de France ou d’Italie. Le vignoble mondial est en plein essor et il est devenu facile de se procurer des vins provenant de différents pays et certaines régions qui gagnent en popularité, grâce à une amélioration des techniques de vinification à travers le monde entier.  Comme vous le savez probablement si vous avez lu mon plus récent livre Le Tire-bouchon Griffin 2012, je suis un adepte des vins du Canada. La réputation de piquette des vins canadiens n’a plus sa raison d’être, car nous avons d’excellents produits même en dehors du giron des Icewine. Mission Hill, Clos Jordane, Tawse, Osoyoos,  Inniskillin, Sumac Ridge, Jackson-Triggs, Cave Spring et plusieurs autres se démarquent à bien des niveaux. Enfin des pays comme le Chili, l’Argentine, la Nouvelle-Zélande, les États-Unis et le Portugal produisent de merveilleux résultats.  À vous le plaisir de voyager à travers le monde par le biais de ces bouteilles.
5.       Laissez-vous séduire par les vins blancs
Depuis mes premières gorgées, j’ai toujours eu un faible pour les vins blancs.  Je sais que le marché de la consommation du vin est davantage dominé par les vins rouges.  Toutefois, je sais que plusieurs personnes n’osent pas sortir de leur zone de confort en prétextant qu’ils aiment mieux le rouge et que les blancs n’ont pas d’intérêt pour eux.  
Élargissez vos horizons et osez sortir de votre zone de confort. Certaines attitudes frisent le snobisme et vous vous privez ainsi de profiter pleinement de certaines harmonies à table. Lorsque vous serez en présence de fruits de mer, faites au moins l’effort de boire un petit verre de blanc. Je ne vois pas l’intérêt de consommer un homard nature avec une shiraz d’Australie. On a beau dire qu’il est bien de consommer le vin qu’on aime, mais il y a aussi de la place pour faire progresser ses goûts. Rappelez-vous lorsque vous étiez enfants, vous aviez probablement horreur des brocolis, oignons ou autres, mais aujourd’hui vos gouts ont certainement évolué.
Il y a tellement de diversités dans les arômes et saveurs des différents cépages en blancs. Viognier, cortese, sauvignon blanc, roussanne, grüner veltliner, riesling, chardonnay, silvaner, catarratto, gewurztraminer et plusieurs autres figurent parmi cette longue liste de choix.
Le mot de la fin
Bon, c’est une nouvelle année de découvertes qui s’offre à vous, alors saisissez ces occasions et profitez des bons côtés de la dégustation et des plaisirs d’explorer le monde des vins. Vous verrez, ce n’est pas la fin du monde quoiqu’on en dise… Bonne année 2012!

Aucun commentaire: