mardi 15 novembre 2011

60 ans de Beaujolais nouveau et de vieux complexes

Le 3e jeudi du mois de novembre annonce la sortie du Beaujolais nouveau, un vin élaboré à partir de gamay qui faisait jadis courir les consommateurs.   Aujourd’hui, cet événement est beaucoup moins populaire en Amérique du nord.  Le Beaujolais nouveau est un vin dont la commercialisation est autorisée immédiatement à la fin de la vinification. 

Sa mise en vente dans le monde entier n’est permise qu’à cette date depuis 1985.   Toutefois l’appellation du Beaujolais nouveau date de 1951 et à l’origine c’était le 15 décembre à laquelle la commercialisation été possible.  Toutefois les quinze années suivantes, la date fut variable, et ce n'est qu'à partir de 1967 qu'elle fut fixée au 15 novembre et ce jusqu'en 1985. C’est en effet au milieu des années 80 que la sortie du Beaujolais nouveau fut fixée au troisième jeudi de novembre.  D’abord pour ne pas interférer avec les célébrations du Jour du souvenir et aussi pour des raisons pratiques pour coïncider avec un jour plus près du week-end, le Beaujolais nouveau.

La production du Beaujolais nouveau représente environ 450 000 hectolitres, soit un tiers de la production du Beaujolais. Environ la moitié de cette quantité est aujourd’hui exportée en Asie qui est devenu une opportunité en or dans des pays comme le Japon, la Corée du sud et plus récemment la Chine. 

Les vins du Beaujolais souffrent du complexe des plus prestigieuses appellations de Bourgogne et de Bordeaux.   Le Beaujolais nouveau n’étant pas un vin de garde et habituellement préférable de le consommer dans les 6 mois suivant sa commercialisation, il représente ainsi un attrait moindre. On utilise une fermentation carbonique, les grappes de raisins sont récoltées entières et à la main. Cette technique de fermentation produit un vin plus fruité ayant peu de tanins et extrêmement léger, presqu’un vin rosé. 

Le Beaujolais nouveau fêtera quand même ses 60 ans, mais encore faut-il admettre que ce vin festif se démarque de moins en moins auprès des consommateurs canadiens en dépit de la puissante machine de marketing.  Par exemple, les ventes  ont  diminuées  de façon significative depuis l’an 2000 autant pour la SAQ qu’ici au Nouveau-Brunswick  avec ANBL.   Cette année, les magasins d’Alcool Nouveau-Brunswick vont offrir 6 sortes de Beaujolais nouveau, dont les prix vont varier de 14,49$ à 16,29$ par bouteille.

Voici les choix disponibles à partir du jeudi 17 novembre:

Georges Duboeuf, Beaujolais Nouveau, $15.99
Georges Duboeuf, Beaujolais-Villages Nouveau l, $16.29
Mommessin Beaujolais Nouveau, $15.99
Pisse-Dru Beaujolais Nouveau, $14.49
Fougères Beaujolais Nouveau, $15.29
Hommage aux Acadiens Beaujolais Nouveau, $15.99

Enfin il est à noter qu’il est interdit de produire du Beaujolais nouveau à partir des 10 Crus du Beaujolais. Seules les appellations Beaujolais et Beaujolais-Villages sont autorisées. Malheureusement à cause du grand battage marketing pour le Beaujolais nouveau, les 10 crus de Beaujolais souffrent eux-mêmes de cet ombrage sur la qualité des vins de Beaujolais.   Pourtant ces vins peuvent offrir des propriétés de vieillissement très intéressantes, soit plus de 5 années dans plusieurs cas. 

Les 10 crus :

Brouilly
Chénas 
Côte de Brouilly
Chiroubles 
Fleurie 
Juliénas 
Morgon
Moulin-à-vent 
Régnié 
Saint-amour 

Sources web:  Wikipédia,  Alcool Nouveau-Brunswick 

Aucun commentaire: