dimanche 19 décembre 2010

Le monde du vin: une rétrospective sur 2010

Je suis particulièrement heureux de la tournure des événements avec la publication de mon premier guide des vins Le Tire-bouchon et aussi le premier livre à être publié sur le sujet au Nouveau-Brunswick.  Les ventes auront été très positives et les commentaires de mes lecteurs auront aussi été une source de motivation pour continuer plus loin mes ambitions au niveau de l’écriture.  Il devrait y avoir un 2e livre en 2011.  Par ailleurs, le blogue Le Tire-bouchon en est à sa 4e année et je me tourne vers l’avenir avec optimisme en route vers le 5e anniversaire. Voyons maintenant comment 2010 aura laissé sa marque à mes yeux sur le plan viticole.


Les meilleurs de l’industrie

Les différents palmarès du vin ont aussi fait connaître leurs vins primés. C’est le cas du Wine Spectator qui a placé un vin américain au sommet de son top 100 de 2010 avec le Saxum James Berry Vineyard Paso Robles 2007. Le magazine américain Wine Enthusiaste a pour sa part désigné le Borsao Campo de Borja 2008 dans son Top 100 des meilleurs achats de 2010.  Chez nous au Canada, le magazine Wine Acces a nommé Tawse Winery en Ontario à titre de Winery de l’année en novembre dernier.   Il faut dire aussi que la maison Jackson Triggs de l’Okanagan aura fait bonne impression sur la scène internationale en décrochant le titre de meilleure winery au Canada à la prestigieuse International Wine & Spirits Competition qui s’est déroulée à Londre en Angleterre. 

Des voyages mémorables

2010 aura été d’un point de vu personnelle une année fertile en émotion. D’abord j’ai eu la chance de faire un voyage mémorable dans les vignobles de la l’Okanagan. Cette expérience dans l’ouest du pays m’aura donnée l’opportunité de faire des rencontres mémorables avec des producteurs passionnés.  Que ce soit avec Paul et Linda chez Stags Hollow,  avec Mike Lee l’un des sommeliers de Mission Hill ou encore avec le winemaker des vins blancs Derek Kontkanen.

De plus j’ai aussi eu le plaisir de visiter quelques vignobles de la Nouvelle-Écosse en septembre dernier dont Jost Vineyards, le Domaine de Grand Pré,  Muir Murray winery, Gaspereau Vineyards et l’Acadie Vineyards.  Ces producteurs démontrent le sérieux de cette industrie à vouloir se démarquer en Atlantique.

C’est d’ailleurs avec fierté que j’ai mis à profit mes visites des deux dernières années dans près d’une centaine de vignobles d’un océan à l’autre au Canada afin de présenter un séminaire sur les vins canadiens que j’ai offert à deux reprises, soit en juin dans le cadre du Festivin et en octobre au Village historique acadien.  

Du nouveau en restauration

2010 m’aura donné l’opportunité de travailler avec le monde de la restauration.  L’élaboration d’une carte de vin est un exercice sérieux et trop souvent les gens dans le domaine n’ont pas toujours les connaissances pour se consacrer à cette tâche.  J’ai eu l’opportunité de travailler avec au moins trois établissements en 2010 afin de proposer de nouvelles cartes des vins associés aux menus des ces restaurants.  Ce fût le cas du restaurant du Château Albert au Village historique acadien, du Restaurant le Poséidon  à Bathurst et au Restaurant La Rôtisserie à Paquetville. 

Enfin,  je ne pourrais passer sous silence la naissance d’une nouvelle entreprise dans le monde de la restauration en Acadie, soit le Restau bar à vin le Déjà BU du propriétaire et ami Robert Noël.  L’arrivée de ce nouveau joueur dans le monde de la restauration à Caraquet va surement profiter à l’ensemble de la Péninsule acadienne en élevant les standards auxquels nous sommes en droit de nous attendre lorsque l’on demande une bouteille de vin dans un établissement de restauration.  La qualité du service et surtout les judicieux conseils de ce sommelier de formation, lorsque vient le temps de marier le vin avec les plats de son menu, n’est qu’un exemple des bénéfices pour les consommateurs.

De plus, les succès de la vente de vins par le Déjà Bu dans ses 6 premiers mois d’opération démontre que la soif d’apprendre davantage dans le monde du vin est manifestement en éveil.  Reste maintenant à souhaiter que le milieu de la restauration au Nouveau-Brunswick saura s’inspirer de ces succès pour améliorer le service du vin et leurs cartes de vins pour répondre aux attentes des clients.  Trop souvent les membres du personnel ne connaissent pas les produits qu’ils servent.  La température de service des bouteilles n’est pas adéquate et pire encore, le serveur ou la serveuse est rarement en mesure de bien ouvrir la dite bouteille. Avec mes expériences dans les restaurants de Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec, j’ai pu constater à quel point nous accusons un retard à ce chapitre.

Avec la nouvelle année 2011 qui s’amorce sous peu je suis persuadé que nous aurons plusieurs occasions de lever notre verre.  Il y a quand même du positif à plusieurs niveaux.  Après les célébrations du 20e anniversaire du salon des vins de Moncton au début novembre 2010, je suis dans l’attente de la 15e édition du Festivin à Caraquet du 28 mai au 4 juin. Déjà les organisateurs sont à l’œuvre afin de présenter une programmation digne d’un 15e anniversaire. Ce sera pour moi l’occasion de présenter de nouveaux séminaires et de continué à partager ma passion.  Ce sera également pour moi une année déterminante dans l’accomplissement de mes projets vineux. 

À tous je souhaite de Joyeuses Fêtes et une bonne année 2011. 

Aucun commentaire: