vendredi 23 juillet 2010

Déjà BU: Du jamais vu au Nord-Est du Nouveau-Brunswick

Comme je l’écrivais récemment dans mon article précédent sur Caraquet, la petite ville de la Péninsule acadienne s’impose de plus en plus comme une destination gastronomique. Le plus récent venu dans le monde de la restauration à Caraquet est le restau bar à vin le Déjà BU du sommelier Robert Noël, un ami personnel, qui a décidé de concrétiser son rêve d’entrepreneur.

Si plusieurs s’attendaient à une ouverture en juin dernier, il aura fallut attendre la mi-juillet avant de pouvoir découvrir le décor de ce nouveau restaurant.  Le propriétaire originaire de Lamèque a voulu ainsi créer une ambiance unique.  Comme c’est souvent le cas dans le domaine de la construction, il faut parfois repousser des délais lorsque survient l’étape de la finition. Le moins qu’on puisse dire, l’attente en valait la peine car le coup d’œil est impressionnant.

Le Déjà BU n’est pas seulement attirant visuellement, il espère séduire avec de bonnes choses.  Les amateurs de bonne bouffe seront comblés avec un menu dont les prix varient de 4 à 29 dollars par item au chapitre de la nourriture.  La carte des vins n’est pas en reste avec ce spécialiste des bonnes expériences gustatives, avec plus d’une centaine de vins sur la carte dont une dizaine de choix au verre.  Cette carte des vins et ce menu représente une variété jamais vu dans le Nord-Est du Nouveau-Brunswick. Au Déjà BU, on est en mesure de conseiller le client en lui suggérant un accord mets et vin au besoin.  On y sert non seulement du vin, il y aura aussi près d’une vingtaine de bières différentes et des cocktails et martinis seront aussi offerts. 

La carte des vins est très bien structurée et surtout accessible à tous les goûts et tous les coûts.   Que ce soit pour son large éventail de bouteilles de vins à moins de 40 dollars dans différentes variétés, il y a aussi des vins plus spécialisés comme un Pinot Noir du Canada soit Le Grand Clos du Clos Jordanne et même un Angélus 2005 de Bordeaux soit un Premier Grand Cru Classé.

Le restaurant est doté d’une cinquantaine de places dont la moitié disponible sur réservation.  On offre aussi la possibilité de prendre son repas au bar majestueux avec vue sur la cuisine,  car le tout est présenté dans un concept ouvert.  Une vingtaine de places permettront aussi aux clients de siroter leur vin et manger leur repas tout en ayant le privilège d’avoir une vue magnifique sur la Baie de Caraquet.

Le menu de nourriture est également particulier avec les différentes créations suggérées par le proprio.  Ayant moi-même été convié à prendre part à une séance d’essai de la cuisine le vendredi 16 juillet dernier, j’ai été à même de tomber sous le charme des saveurs et des textures des mets présentés.  La fameuse poutine aux palourdes avec des frites cuitent dans le gras de canard était un festin en lui-même, sans oublier le pâté chinois concocté avec une épaule d’agneau braisé, légumes, sauce au vin rouge et patate écrasée, le tout gratiné au four.   

Ouvert du mercredi au dimanche, le Déjà BU sera consacré aux repas du soir seulement mais à la demande il pourrait aussi offrir un repas le midi pour des groupes de 10 et plus dans un choix de menu spécifique.  Le proprio n’est pas à court d’ambition,  car il a aussi prévu offrir des cours de cuisine avec l’Atelier de cuisine et vin l’apprenti.  Il fera également un service de traiteur pour des réceptions comme des mariages,  des banquets,  soirées entre amis ou événements corporatifs.

Le Déjà BU est ouvert et au-delà de l’effet de curiosité du public, il y a fort à parier que ce restaurant va s’implanter rapidement comme un incontournable des plaisirs gourmands dans le Nord-Est.   Les épicuriens de tout acabit auront donc bien des occasions de se réjouir de la présence du Déjà BU,  je suis de ceux qui salivent en attendant une prochaine visite.


Aucun commentaire: