vendredi 19 février 2010

Crevaison pour La Bicyclette rouge en France

Le monde du vin est encore éclaboussé par un scandal qui portera certainement ombrage à la confiance des consommateurs.

Après l'affaire des allégations de fraude concernant des vins italiens comme le Brunello di Montalcino et du Vino nobile di Montepulciano, c'est maintenant la France qui est pointée du doigt et le Géant américain Gallo.  En effet selon ce que rapporte AFP et le site Internet La Dépêche.fr,  la société limouxine Sieur d'Arques  avec son vin Red Bicyclette est directement en cause pour avoir commercialisé du faux pinot noir.  

Le tribunal correctionnel de Carcassonne a prononcé des peines jusqu'à 6 mois de prison avec sursis et 180.000 euros d'amende (Plus de 255 000 dollars canadiens)  contre des viticulteurs et négociants du Languedoc-Roussillon qui ont exporté des vins des vins en usurpant l'appellation de cépage pinot noir. La société Sieur d'Arques qui se trouvait au sommet de la pyramide de commercialisation traitait avec son client,le géant américain, la société Gallo.  La supercherie consistait à vendre un mélange de merlot et de syrah pour du pinot noir, et ce presque deux fois plus cher, sous l'étiquette Red Bicyclette.  

Ce n'est pas aussi la première fois que la  France est au coeur d'une affaire de fraude dans le monde du vin.  Dans le  Beaujolais, le puissant négociant Georges Duboeuf, avait été condamné en 2006  pour avoir mélangé illégalement des vins génériques de moindre qualité avec des cuvées de son cru AOC. De plus signalons aussi le cas du co-propriétaire de Château Giscours, dans le Bordelais, qui avait fait l’objet d’une enquête en 1995,  pour avoir mélangé du vin générique de l’appellation Haut Médoc avec le second vin de la propriété.

Récemment plusieurs personnes bien nantis mettaient aussi en doute l'authenticité de plusieurs vins prestigieux  vendus à gros prix dans les enchères.  Un article à ce sujet a été publié sur les vins de contrefaçon dans le magazine Wine Spectator du 15 décembre 2009.

Chose certaine, la réputation du vin de Languedoc-Roussillon va en prendre pour son rhume avec ce nouvel épisode ou l'appât du gain s'est fait sur le dos des consommateurs.  

Aucun commentaire: