mercredi 15 juillet 2009

L’Ontario dans la tendance du Riesling

Le riesling est-il devenu la nouvelle coqueluche en blanc? Lors de mon séjour en Ontario dans la région du Niagara, je m’en suis convaincu tellement ce dernier semblait tirer son épingle du jeu avec brio vu la qualité de ses vins issus de ce cépage et la popularité du produit auprès des consommateurs chez plusieurs bons producteurs.

Chaque époque apporte une mode auprès des consommateurs de vins. L’influence provient parfois de changements dans les habitudes et l’évolution des goûts grandement influencé par le marketing semble aussi dicter la tendance. On a qu’à penser à la célèbre production cinématographique Sideways qui a fait avancer la cause du pinot noir tout en reléguant le merlot dans le siège-arrière, grâce à cette citation croustillante du personnage de Paul Giamatti dans la peau de Miles Raymond.
“No, if anyone orders Merlot, I'm leaving. I am NOT drinking any fu??ing Merlot!” Le chardonnay qui a longuement été le préféré des amateurs de vins blancs a aussi connu une baisse de popularité. Les gens découvrent de nouvelles choses et la diversité semble aussi s’implanter dans les habitudes.

On constate un engouement de plus en plus prononcé envers le Riesling. Originaire de la vallée du Rhin et de la Moselle, ce cépage s’illustre comme un vin idéal pour accompagner les plats gastronomiques. Les vins issus de ce cépage sont habituellement sec, racé, légèrement fruité, au nez fin, floral et avec un penchant sur la minéralité. La répartition du cépage est forte en Allemagne et en France surtout avec l’Alsace qui se démarque, mais plusieurs régions des États-Unis s’illustrent comme en Californie, l’état de New York et l’État de Washington.

Mon passage dans la région de la petite appelation de Beamsville Bench a été concluant. Le Canada est capable de produire de très bons rieslings. Si plusieurs personnes évitent d’acheter des rieslings allemands c’est à cause de la réputation de vins fruités et sucrés qu’ont ces vins chez nous. Il faut dire que les meilleurs rieslings d’Allemagne sont habituellement écoulés en Europe avant d’atteindre l’Amérique sauf exception de quelques bons produits. Que cela ne tienne, j’ai découvert quelques bonnes maisons de chez nous dont
Cave Spring cellars qui fêtera son 25 anniversaire en 2010. Fondé en par le cultivateur de raisin Leonard Pennachetti et le vinificateur Angelo Pavan, le domaine de Cave Spring a planté ses premières vignes en 1978. La commercialisation sous le nom de Cave Spring cellars s’est fait beaucoup plus tard dans les années 80. Le sol de cette région de l’escarpement du Niagara offre une gamme de vins qui sont davantage racées et complexe que ceux des reliefs plus plats. On trouve aussi de bons exemples de Riesling chez Flat Rock cellars, Thirty Bench et Tawse winery dans le même ordre d’idée. Avec une gamme de 7 vins chez Cave Springs cellars incluant le fameux vin Indian Summer Riesling, il a certainement une expertise qui émerge dans cette région. Est-il possible que la région puisse se trouver une niche autre que celle du Icewine. En faisant le parallèle entre l’Allemagne et cette région du Canada, on peut se permettre d’y croire. Chose certaine pour le consommateur ordinaire le Riesling est beaucoup plus abordable et accessible que le Icewine. De plus pour contribuer à faire connaître davantage ce cépage, le monde de la restauration représente un beau soutien. Le riesling s’accorde avec une multitude de mets comme les fruits de mer, le poulet, des fromages et même certaines cuisines exotiques de type asiatique.

Parmi les autres belles découvertes sur mon passage, j’ai goûté de très agréables riesling chez Konzelmann, Pillitteri, Henry of Pelham et Reif Estate. Je suis persuadé qu’il y en a une multitude d’autres à découvrir, il s’agit de se promener dans l’un des nombreux établissements viticoles de cette région. Est-ce que je vous ai mentionné en passant que le vin blanc de l’année en Ontario est un Riesling.
L’honneur revient au
Thirty Bench 2007 Riesling.

Aucun commentaire: