lundi 13 juillet 2009

Henry of Pelham : l’héritage des racines de famille

Henry of Pelham Family Estate est un vignoble de la région de St Catharines en Ontario. Étant donné que l’on retrouve une certaine quantité des produits de ce domaine chez nous au Nouveau-Brunswick, ma curiosité m’a amenée à faire un arrêt à cet endroit lors de ma visite dans la région de la péninsule du Niagara. Situé sur ce que l’on nomme le Short Hills Bench à la base de l’escarpement du Niagara, le domaine est appartenu et opéré par la famille Speck depuis 1988. L’acte de propriété a été concédé la première fois à Nicholas Smith en 1794, soit l’arrière, arrière, arrière grand père des propriétaires actuels. Nicholas Smith a combattu semble t-il lors de la guerre de la révolution américaine et c’est son plus jeune fils Henry of Pelham, qui a construit la maison qui abrite aujourd’hui la boutique de vin et le centre d’accueil du vignoble. Il a signé son nom Henry of Pelham en guise de reconnaissance de la route Pelham qui était l’une des principales voies de commerce dans le Niagara à l’époque.

Le domaine de 170 acres est méticuleusement entretenu et ce n’est qu’en petite quantité que chaque vin est élaboré à la main afin de s’assurer que ceux-ci respectent les plus hauts niveaux de qualité. D’ailleurs chaque millésime de la maison Henry of Pelham est marqué du sceau «VQA » (Vintners Quality Alliance) qui est un gage de qualité des vins produits au Canada.

Évidemment, je connaissais très bien le Baco Noir de cette maison qui est devenu pratiquement une signature de celle-ci. En fait, le Baco Noir n’est pratiquement plus cultivé de nos jours, bien qu’à une certaine époque il était répandu en France. Issu d’un hybride qui est le croissement de la Folle Blanche et d’une variété indigène de Vitis vinifera qui porte le nom de son créateur Maurice Baco, la législation européenne a malheureusement restreint l’utilisation des hybrides, ce qui a contribué à sa rareté.

C’est en 1955 que le Baco Noir a commencé à se répandre au Canada, mais le retrait de plusieurs plants de vignes par le biais d’un programme spécial au début des années 80 a aussi diminué sa présence chez nous.

Le Baco Noir élaboré par Henry of Pelham donne des vins moyennement puissants, de teintes foncés et très prononcés sur la présence des fruits. C’est un vin qui offre un potentiel de garde de 5 à 8 ans selon les années. J’ai pu comparer le Baco Noir Reserve 2005 avec le Baco Noir régulier du millésime 2007 et disons que le match comparatif m’a semblé très intéressant. Le Reserve qui se vend près de 25 dollars au domaine (comparativement à 35$ au Nouveau-Brunswick) est plus riche, plus concentré et d’une belle longueur en bouche. Il pourra se marier à des mets plus soutenu comme du gibier, des mets épicés à la sauce aux tomates ou de l’agneau. Le 2007 offre toutefois plus de versatilité avec la nourriture et représente un bon rapport qualité/prix.

Un autre vin qui a piqué ma curiosité est la nouvelle gamme de vin commercialisé sous la griffe très marketing, Sibling Rivalry. Par cet ajout, les frères Speck veulent démontrer que la croyance selon laquelle la qualité d’un vin est liée à son prix est tout à fait dépassée. Avec la gamme Sibling Rivalry, on espère changer cette perception qu’un vin à petit prix est nécessairement un vin de moindre qualité. Pour 13.95$, le rouge du millésime 2007 est le résultat d’un ménage à trois soit du Merlot, Cabernet Franc et Cabernet sauvignon. Quant au blanc qui est un 2008, c’est un heureux mélange de fraîcheur issu de l’union du Riesling, Chardonnay et Gewurztraminer.

Enfin comme plusieurs vignerons le font actuellement un peu partout sur la planète, il y a un mouvement de développement durable dans l’industrie du vin en Ontario. Le projet Dirty Hands est une façon de préserver un mètre carré de terre fertile dans la péninsule du Niagara pour chaque bouteille produite au vignoble pour une année. Cependant les frères Speck font une mise en garde aux écologistes; « Ne buvez pas seulement nos vins parce qu’ils sont écologiques, buvez-en parce qu’ils sont de bonne qualité ». Paul, Matthew et Daniel ont pris les choses en main depuis le décès de leur père en 1993. Aujourd’hui le nom Henry of Pelham est un héritage familial que les amateurs de vins peuvent savourer en toute confiance lorsqu’ils ouvrent une bouteille portant le logo bleu avec le nom de l’ancêtre des frères Speck.

Aucun commentaire: