vendredi 27 juin 2008

Rencontre avec Luc Bouchard


Le 12 juin dernier j’ai eu la chance de faire une rencontre exceptionnelle avec un homme d’exception. Ce n’est pas tous les jours qu’un amateur de vin a la chance de jaser avec un vigneron qui est dans le métier avec un nom de famille qui est réputé depuis des générations. Je parle bien entendu de Luc Bouchard qui est le fils dans l’entreprise Bouchard Père et fils qui est producteur de vin en Bourgogne. Cette rencontre est d’autant plus particulière qu’elle s’est déroulée dans le cadre du Festivin à Caraquet. Cette rencontre a été orchestrée avec le sommelier d’Alcool Nouveau-Brunswick Robert Noël, sans qui cette soirée n’aurait pas été possible.

Monsieur Bouchard est venu parler des vins de sa Bourgogne natale et de la gamme prestigieuse des vins qui font la renommée de sa famille. De plus les vins étaient parti intégrante d’un souper gastronomique organisé à l’Hôtel Paulin avec la participation du réputé jeune chef Andrew Steven. Ce dernier est chef au Restaurant Little Louis Oster Bar à Moncton.

La soirée s’est amorcé avec un Chablis William Fèvre Les Preuses 2004 un Grand Cru. William Fèvre appartient à la famille Bouchard suite à une acquisition qui s’est déroulée il n’y pas très longtemps. En guise d’amuse-bouche nous avons été sustentés par un Escabèche de crevettes avec concombre et herbes. La suite ne sera pas banale!

1er service
Nous attaquons le premier servivce avec un plat de pétoncles froides fumées avec gingembre-yuzu, poire asiatique et son émulsion de menthe. Pour se délecter le gosier, deux vins. D’abord un Chablis Grand Cru Bougros de William Fèvre, millésime 2004 et supérieur à celui de la réception. Puis nous avons eu droit à un Bouchard Père et fils Beaune du Château Blanc 2004.

2e service
Le clou de la soirée en harmonie est à mon avis ce plat de homard poché au beurre avec Têtes de violon sautées à l’huile d’olive, jambon de Parme et estragon. Avec le vin, j’en était plus qu’épaté, soit un Meursault Les Charmes 2004 de Bouchard et un Corton Charlemagne aussi de 2004 de la famille Bouchard.

3e service
Le plat de résistance était délectable et digne de la réputation du chef Stevens, un savoureux Filet Mignon de veau de lait avec Terrine de foie gras de canard, morilles et betteraves. Une viande tendre et délicieuse. Deux beaux rouges pour soutenir ce plat, un Beaune du Château rouge 2005 et le Charme Chambertain aussi de 2005.

4e service
Pour nous envoyer au 7e ciel nous avons eu droit à un trio de fromages sélectionnés par le chef avec un Champagne Henriot Cuvée des Enchanteleurs 1995. Ce n’est pas un hasard qu’on y sert ce champagne car la famille Henriot s’est porté acquéreur de la compagnie Bouchard récemment. Une soirée festive mémorable à 125 dollars le couvert mais qui aurait trouvé preneur en ville pour plus de 250, voir même plus de 300 dollars dans des endroits branchés.
Une petite photo sympathique avec monsieur Bouchard et un souvenir intarissable d’une belle soirée en bonne compagnie. Luc Bouchard était de passage à Caraquet mais il était passé par Montréal, New York durant les jours précédents et ensuite il mettait le cap sur le Brésil. Une véritable chance de l’avoir vu dans la Péninsule acadienne.

1 commentaire:

Damien a dit…

Le terme famille Bouchard que vous employez plusieurs fois dans votre billet ne correspond à aucune réalité puique Bouchard père&fils n'est plus la propriété de cette famille depuis longtemps. Le propriétaire est la maison Henriot, grosse entreprise de Champagne. Parler de famille, laissant penser à un domaine familial, pour cette société relève de la stratégie commerciale.
Ceci dit, cela n'enlève en rien la qualité de leurs vins et leur réputation.