dimanche 10 juin 2007

Primeur pour le N.-B. : Séminaire sur le Clos Jordanne


Samedi en après-midi pendant que les gens se doraient la couenne au soleil avec un beau 25 Celcius, une rareté depuis presque un mois, le Noyveau-Brunswick vivait un grand événement. En fait un groupe d’amateurs de bons vins, des maniaques je dirais et le mot est faible, ont eu la chance d’assister à un séminaire mettant en vedette les vins du fameux Clos Jordanne, la star montante du vin Made in Canada. Le sommelier Robert Noël était visiblement fier de partager ce moment avec plus d’une vingtaine de personnes venuent d’aussi loin que St-John au N.-B., Halifax en Nouvelle-Écosse, Moncton et Edmundston.

C’est donc vers 14 hrs que les papilles gustatives se sont délectées de ces vins. Le sommelier a ouvert le bal avec le Village réserve Chardonnay blanc de la cuvée 2004, la première disponible sur le marché. Pour 26.83, c’est probablement l’un des plus beaux chardonnay provenant de ce vaste pays dans la brochette de 20 à 30 dollars. Certains chroniqueurs du vin trouve ce vin un peu trop boisé. Pour ma part j’ai dégusté le vin frais presque froid et j’ai laissé évoluer le nectar dans mon verre plus de 20 minutes pour y découvrir une explosion de notes de beurre, de miel et avec une attaque velouté de vanille qui se métamorphose vers la poire. Un vin à découvrir!

Nous avons ensuite dégusté 4 produits de cette parcelle de bonheur en Ontario qui est le fruit d’une alliance entre le géant Canadien Vincor (Maintenant américanisé par l’achat de Constallation Wines) et la famille Boisset qui est implanté en Bourgogne.Le winemaker reconnu Thomas Bachelder a su donner un caractère franchement très bourguignon à ce vin du Canada.


Nous avons d’abord découvert le Pinot Noir Village reserve 2004 vendu à 26.83. La couleur rubis de chacun de ces beaux vins alignés dans nos verres nous cachaient de belles surprises. Le terroir des escarpements du Niagara nous a fait un cadeau avec ce vin qui est issu d’un mélange de raisins de quatre parcelles de la propriété. La cerise au nez se développe aussi en bouche avec des tannins fermes qui avec un degré d’alcool de 14,5% s’expriment en finesse dans ce pinot noir prêt à boire.


Nous avons ensuite expérimenté le Claystone terrace. Mon seul problème avec les vins du Clos Jordanne, c’est que toutes les étiquettes se ressemblent. Il faudra faire attention dans les celliers pour ne pas ouvrir un Jordanne que l’on voudrait conserver plus longuement. Le Claystone qui est produit sur une petite parcelle argileuse produit le plus aromatique des vins de ce domaine. Difficile de distinguer un vin de Bourgogne avec ce vin qui est dans la classe des grands pinot noir en Amérique. Le prix est autour de 35$.


Nous avons dégusté AUSSI les grosses pointures du Clos Jordanne, c’est-à-dire le vin provenant de la principale parcelle appelé Clos Jordanne. Un vin ayant une belle acidité et qui met en évidence une croquée de cerises en bouche. Au nez des épices, un brin minéral et des notes de cèdres et un peu herbacé. Un vin délicieux soit 37.85 mais un peu dispendieux.

Enfin la pièce de résistance était le Grand Clos 2004 provenant de la partie ouest du Clos Jordanne. Un style qui s’approche du Claystone, et qui malgré des tannins plus abondant dégage un velouté emballant qui est fort encourageant pour ceux qui voudront le boire maintenant mais encore plus si vous décidez de lui donner encore du temps. Un gros vin à 14,8 % d'alcool et à près de 65 dollars.

Le magasin d'Alcool NB de Caraquet a mis ces vins en vente quelques minutes seulement après le séminaire et la limite de deux bouteilles de chaque vin à été imposée afin que tous puissent avoir la chance de s’en procurer. Le Grand Clos a disparu en un temps record et les autres vins ne devraient pas demeurer bien longtemps sur les tablettes. Alcool NB aimerait bien en commander davantage mais il semble y avoir aussi une limite dans le carnet de commande qui n’est pas de leur contrôle!


Pour continuer la dégustation le sommelier d’Alcool Nb a aussi offert aux amateurs présents, des vins de différentes régions du monde. D’abord un Solaia 2002 d’Italie.

Ce vin était visiblement dans une classe à part même après les délectables vins du Clos Jordanne. Nous avons aussi eu droit à deux grands vins canadiens, soit le fameux Osoyoos Larose 2004 et l'Oculus 2003, le grand vin de Mission Hill. Le 2004 était débordant de poivrons verts au nez et en bouche disons qu’il barrait un peu les mâchoires…donnons-lui du temps! Quant à l’Oculus, c’est un vin au nez chocolat composé de 47% Merlot, 25% Cabernet Sauvingon, 20% Cabernet Franc et 8% Petit Verdot. Il va développer plus de complexité avec du temps lui aussi!


Enfin nous avons aussi goûté un vin de Nouvelle-Zélande de la région de Hawky’s Bay, le Sophia de Craggy Range qui se vend autour de 75$. Il y a beaucoup de merlot dans sa composition et la bouteille est d’une lourdeur incroyable. Notre sommelier comparait un peu ce produit avec les vins de St-Émilion. Nous avons également goûté le Domaine Serene 2003 de l’Orégon…UN PURE DÉLICE. Ce fût mon préféré dans le lot des vins n’étant pas issu du Niagara.


Dois-je vous dire que pour 30 dollars pour ce séminaire, je n’aurais pas manqué cela pour tout le soleil du monde, même après un mois de pluie et de froid!

Aucun commentaire: