samedi 6 janvier 2007

Panique au pays du Vin de glace?

Le réchauffement de la planète est-il en train de menacer les producteurs de vins canadiens qui ont l’habitude de produire du vin de glace? Il semble que les producteurs de l’Ontario et du Québec commencent à trouver qu’il est difficile cette année d’avoir les conditions propices afin de produire le précieux liquide qui se vend à prix d’or. Avec des températures de +15 dans les régions au sud de Montréal, les producteurs sont un peu en panique de voir que le mois de janvier présente des températures aussi inhabituelles. Dans la région de Hemmingford et de Dunham, les producteurs attendent avec impatience que le mercure baisse à environs -8 à -12 degrés afin de cueillir le raisin gelé qui devient alors plus concentré en sucre et saveurs. Il faut du froid pour le pressurer.

Même en Nouvelle-Écosse, les producteurs sont un peu nerveux face à cet hiver qui a des allures de printemps. Particulièrement ceux qui font aussi du cidre de glace. Même son de cloche en Ontario, qui est le principal producteur de Icewine au pays avec la réputé maison Inniskillin. Au Québec, le vignoble de l’Orpailleur consacre environs 5% de sa production au vin de glace. Ils ont amorcé la production en 1997 et ils espèrent porter ce pourcentage à environs 30% d’ici 2011.

Alors que bons nombres de golfeurs profitent du redoux de janvier pour golfer, les producteurs de vin de glace se croisent les doigts pour avoir du froid! Patience, le Canada a souvent de grands écarts de climat et l’hiver peu se manifester assez rapidement.

Aucun commentaire: